Dimanche 29 août 7 29 /08 /Août 20:46

http://napoleonbonaparte.files.wordpress.com/2008/03/napoleon-1806.jpg

 

Vous avez aimé mes articles? Alors n'hésitez pas a vous rendre sur la toute nouvelle page Facebook de mon blog, pour étre tenu au courant des nouveaux articles, ainsi que de quelques sites ou informations complémentaires sur les sujets abordés. Rendez-vous sur la page Le blog Napo-Culture. Bon surf, et surtout bonne rentrée!

 

http://antoine-dupin.com/leblog/wp-content/uploads/facebook.jpg

Par napo64
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 27 août 5 27 /08 /Août 19:41

http://aix1.uottawa.ca/~sperrier/europe/cours12/images/Andrieux_-_La_bataille_de_Waterloo.jpg

La bataille de Waterloo, par Clément-Auguste Andrieux

 

Voici une des batailles emblématiques de l'époque napoléonienne, a laquelle j'avais déja consacré une série d'articles précédemment, mais dont je ne me lasse pas, tant elle fût riche sur le plan tactique, avec des erreurs grossiéres commises dans les deux camps, et riche de nombreuses anecdotes désormais entrées dans la légende.

 

Alors que Napoléon n'a pas encore recouvré son trône en France, les monarques européens craignent déja l'empereur déchu comme la peste, et créent une nouvelle coalition pour s'opposer a un retour qui semble chaque jour plus certain. En Mars 1815, le roi Louis XVIII quitte Paris pour gand. La Prusse et l'Angleterre s'allient pour attaquer la France. Les armées de Wellington et Blücher se mettent en marche, et parviennent en Belgique.

 

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/87/Wollen,_Battle_of_Quatre_Bras.jpg

La bataille de Quatre-Bras, par James Wollen

 

Napoléon n'est cependant pas resté inactif, et décide d'engager le combat, espérant ainsi battre les deux armées avant qu'elles ne se rejoignent. Il franchit la Sambre le 15 Juin, et parvient a repousser les Prussiens a Ligny le lendemain. Alors que Napoléon se bat a Ligny, les Français ne parviennent pas a repousser les Anglais aux Quatre-Bras. Commandant les 1er et 2éme corps, le maréchal Ney ne peut empécher les unités Britanniques de se rallier, gardant ainsi la cohésion globale de l'armée. Ney prive aussi Napoléon d'une victoire totale sur les Prussiens en rappelant les troupes chargées de couper la retraite a l'armée en déroute, permettant a Blücher et ses hommes de s'échapper. Au final, les Prussiens perdent 12 000 hommes, contre 7000 Français.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/69/Arthur_Wellesley%2C_1st_Duke_of_Wellington_by_Robert_Home_cropped.jpghttp://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b9/Bl%C3%BCcher_%28nach_Gebauer%29.jpg

Arthur Wellesley, duc de Wellington, et Gebhard Leberecht von Blücher

 

Blücher manque de peu d'étre capturé, mais avec le général Gneisenau, il organise une retraite vers Wavre qui permet de limiter les pertes matérielles, tout en sauvegardant la possibilité d'une fusion avec l'armée de Wellington. Napoléon surestime sa victoire, pensant que les Prussiens ne sont désormais plus une menace pour les semaines a venir. Le 17, il charge Grouchy, avec 34 000 hommes, de poursuivre les Prussiens. Pendant ce temps, Wellington, qui a été informé de la défaite de Blücher, conduit ses unités aux environs du Mont-Saint-Jean, ou l'armée prussienne doit le rejoindre, et ainsi opérer ainsi le rassemblement des deux armées.

 

http://www.britishbattles.com/waterloo/images/napoleon-addresses.jpg

 

Au matin du 18 Juin, la bataille semble inévitable. L'armée de Wellington compte 68 000 hommes, Britanniques, mais aussi Hollandais, Belges et Allemands, ainsi que la célébre King's German Legion. Wellington a disposé ses unités en position défensive, dans les fermes d'Hougoumont, La Haye Sainte et  papelotte.

 

Du coté Français, Napoléon dispose de 71 000 hommes,  dont une artillerie nettement supérieure en nombre. Il veut ataquer la ferme de La Haye Sainte, au centre du dispositif Allié, et déploie dans ce but pas moins de 80 canons devant le 1er corps de Drouet d'Erlon.

 

 

La pluie battante, qui n'a pas cessé toute la nuit, empéche le déploiement de l'artillerie, et pour cette raison le début de la bataille est retardé. La pluie sera un handicap énorme pendant toute la bataille, rendant la progression de la cavalerie difficile et diminuant l'efficacité de l'artillerie, les boulets s'enfoncant dans le sol détrempé.

 

L'attaque est lancée vers 11h 30, lorsque Napoléon envoie son frére, Jérome, attaquer la ferme d'Hougoumont, créant une diversion destinée a attirer les réserves de Wellington. Mais les Anglais sont bien fortifiés, et les attaques Françaises sont aisément repoussées, malgré l'arrivée de renforts. A 13h 30, quelques hommes enfoncent la porte a coups de hache, et parviennent a pénétrer dans l'enceinte, mais sont tous massacrés, sauf un...

 

http://users.skynet.be/ym04/waterloo/waterloo_hougoumont.jpg

Le combat d'Hougoumont, durant lequel la garnison de 1200 soldats retint plusieurs régiment français pendant toute la bataille

 

Pendant ce temps, la grande batterie française ouvre le feu et, aprés une demi-heurs de bombardement intensif, l'attaque est lancée. La division Quiot, soutenue par une brigade de cuirassiers, s'élance a l'assaut de la ferme fortifiée de La Haye Sainte, défendue par un bataillon de la redoutée King's German Legion. Le général Picton méne une contre-attaque a l'Est avec les troupes écossaises, ainsi que les célébres Scots Greys et une autre brigade de cavalerie lourde. Les Français sont surpris et doivent se replier en désordre avec de lourdes pertes. Poursuivant leur élan, la cavalerie lourde britannique atteint la grande batterie française. Mais une contre-attaque de la cavalerie française décime leurs rangs. Le général Picton est tué alors que la cavalerie anglaise doit elle aussi se replier avec de lourdes pertes.

 

http://www.mcleanscotland.co.uk/images/scotsdg3.jpg

La célébre charge des Scots Greys

 

Une fois l'attaque anglaise stoppée, la grande batterie française effectue un nouveau tir de préparation. A 15h, une nouvelle attaque est menée contre La Haye Sainte. A cause du feu des canons français, Wellington fait replier son centre, ce qui trompe Ney qui, croyant a un repli général, charge avec la cavalerie a l'Ouest de la Haye Sainte. La cavalerie française affronte les carrés britanniques, dans un combat qui dure plusieurs heures, sans qu'aucun des deux camps parvienne a l'emporter.

 

Mais a 14h a lieu ce que l'on considére, a juste titre, comme le tournant de la bataille. Les Prussiens arrivent! C'est une armée encore fraiche, ayant progressé sans aucune opposition jusqu'au champ de bataille, qui déboule sur le flanc Est de la Grande Armée.

 

Les deux divisions de cavalerie envoyées face a Blücher ne parviennent pas a stopper l'avancée de l'armée prussienne, qui attaque Plancenoit a 16h 30. Désormais, l'armée française se retrouve prise entre le drapeau et l'enclume, attaquée a l'avant, a l'arriére, et sur le flanc droit.

 

http://www.uncp.edu/home/rwb/waterloo_001.JPG

Ney face aux carrés d'infanterie britanniques

 

Pendant ce temps, la lutte continue entre la cavalerie française et les défenseurs anglais de La Haye Sainte. Ney a cinq chevaux tués sous lui, et ne parvient pas a éliminer l'artillerie adverse, ni les troupes britanniques, adoptant une formation en carré, terriblement efficace contre la cavalerie. A 17h, voyant que le combat est cependant loin d'étre perdu, Napoléon envoie un corps et une division de cavalerie supplémentaires. Au total, cela fait prés de 10 000 cavaliers français qui s'opposent a l'infanterie britannique. Mais cela n'est toujours pas suffisant.

 

A 18h, le 4éme corps prussien attaque Plancenoit. Les Français, submergés, doivent se replier. La Jeune Garde est envoyée dans une contre-attaque victorieuse. Le village retombe aux mains des Français.

 

http://www.ahmadtea.ua/userfiles/images/History_UoBM/waterloo/f_nap_plancenoit.jpg

Le combat de Plancenoit

 

Pendant ce temps, le combat  de La Haye Sainte continue encore jusqu'a l'arrivée du 2éme corps français, qui submerge définitivement les Anglais. Les troupes françaises pénétrent dans La Haye Sainte, tandisque les batteries intelligemment postées sément la mort dans les rangs des défenseurs, désormais pris entre deux feux, au sens propre comme au figuré. Ney désire poursuivre l'attaque, jusqu'au coeur de l'armée britannique, et demande des renforts a l'Empereur. Mais les troupes restantes sont aux prises avec les Prussiens. Si la situation des Britanniques est critique, celle des Français empire d'heure en heure.

 

http://www.ambafrance-uk.org/IMG/jpg_waterloo.jpg

La prise de La Haye Sainte

 

En effet, un nouvel assaut prussien chasse encore une fois les Français de Plancenoit. Napoléon envoie deux bataillons de la Vieille Garde, qui progresse a la baillonette, et parvient a reprendre le village peu aprés 19h, aprés des combats d'une grande intensité. Napoléon est parvenu a sauver son flanc droit, au prix de lourdes pertes.

 

Sauvé de justesse par l'arrivée de ses alliés Prussiens, Wellington profite de la diversion occasionnée pour réorganiser son centre, qui menacait de défaillir. Voyant cela, Napoléon fait donner la Garde, qui attaque a 19h 30 les positions alliées. Mais il est trop tard, et la pression exercée sur les Français par l'artillerie britannique, ainsi que les multiples assauts de l'infanterie, ont raison de la Garde Impériale, qui bat en retraite. Cette défaite de la garde est un coup dur pour les troupes françaises, dont le moral commence a étre sérieusement entamé.

 

http://www.grenadiers-idf.com/images/2260.jpg

Uniformes des grenadiers de la Garde Impériale

 

Voyant la Garde reculer, certaines unités françaises commencent a faire de même. Les Prussiens parviennent a conquérir définitivement Plancenoit, prenant en enfilade l'armée française, qui perd peu a peu sa cohésion. Wellington en profite, lancant une attaque générale. La déroute devient générale, et tous les batailons fuient, abandonnant parfois matériel et artillerie. Quelques minutes ont suffi pour transformer Waterloo en une défaite française.

 

C'est ainsi que s'achéve l'une des batailles les plus passionnantes de l'Histoire. Confrontation entre trois généraux talentueux, elle n'a été qu'une suite d'événements inattendus, qui ont décidés du sort de la France et de l'Europe.

 

http://www.lindahines.net/blog/wp-content/uploads/2008/11/blucher2.JPG

Entrevue entre Wellington et Blücher, aprés la bataille.

 

A 22h, Wellington et Blücher se rencontrent, dans la ferme, au nom prédestiné, de Belle-Alliance. Blücher poursuit l'armée Française durant de nombreux kilométres. Napoléon a échappé de peu a l'avant-garde prussienne, et a pris la fuite, escorté par sa Garde. Et Grouchy n'est jamais arrivé.

 

A ce propos, il semble définitivement certain que le fameux "mot de Cambronne" ne soit qu'une invention de Victor Hugo, Cambronne se battant a ce moment-la contre les Prussiens. L'Histoire n'est jamais définitive...

 

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/87/Wellington_at_Waterloo_Hillingford.jpg

Par napo64 - Publié dans : Premier Empire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 22 août 7 22 /08 /Août 23:40

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/0/08/Bataille_de_Toulouse_by_Th%C3%A9odore_Jung.jpg

 

Il arrive souvent que des pans entiers d'un événement en apparence connu de tous disparaissent, délaissés par les historiens. Certains sont définitivement oubliés, mais d'autres, grâce a des passionés, ou des recherches approfondies, refont surface des années, voire des siècles plus tard.

 

Ainsi, l'année 1814, la campagne de France et la premiére abdication de Napoléon, ont été étudiées par de nombreux spécialistes. Néanmoins, en dehors des grandes batailles et du parcours de l'Empereur lui-méme, on oublie que la guerre avait gagné tout le territoire national. Le Sud-Ouest, nottament, mais aussi les Alpes, ont été également le théâtre de la chute de l'Empire. Qui savait, par exemple, que Toulouse fût assiégée, pendant cette terrible année 1814? Ce fût pourtant le cas, et l'une des batailles les plus importantes de la campagne de France.

 

En 1813, c'est la débâcle en Espagne comme en Allemagne pour Napoléon. Alors que les coalisés battent la Grande Armée a Leipzig, a l'autre bout de l'Europe, les Anglais de Wellington repoussent peu a peu les Français d'Espagne, gagnant du terrain au fil des mois. Fin 1813, toutes les troupes Françaises se sont repliées, prétes a défendre le territoire national. L'Empire est perdu, ou presque. Mais la guerre n'est pas terminée pour autant. Les monarques d'Europes craignent encore le vainqueur d'Austerlitz, et désirent en finir pour de bon avec l'Empereur des Français. Paris est donc leur objectif, ainsi que l'abdication du monarque tant craint. Napoléon, de son coté, ne compte pas abandonner aussi facilement, et croit encore en une possible victoire, ou du moins un statu quo honorable.

 

Ainsi, en 1814, alors que les Autrichiens, les Russes et les Prussiens avancent vers Paris, les Espagnols, les Anglais et leurs alliés Portugais franchissent les Pyrénées. La France est, plus que jamais, encerclée d'ennemis, et les armées déja affaiblies doivent se battre sur tous les fronts, le long des frontiéres.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/29/Nicolas_Jean_de_Dieu_Soult.jpg/250px-Nicolas_Jean_de_Dieu_Soult.jpg

Le maréchal Soult

 

C'est le maréchal Soult qui controle la défense du Sud-Ouest de la France. En retenant l'ennemi le plus longtemps possible, le maréchal devait attendre les renforts venus d'Italie, qui auraient permis, une fois réunis, de repousser les armées ennemies.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/60/Bataille_toulouse_1814.jpg/290px-Bataille_toulouse_1814.jpg4

Plan de la ville, avec les positions des armées, au matin du 10 Avril 1814

 

Le 24 Mars, Soult parvient donc a Toulouse, avec l'armée chassée d'Espagne, exténuée par la retraite rapide et la tréversée des Pyrénées. Sachant l'armée de Wellington proche, le maréchal prépare les défenses de la ville, pour un éventuel siége. Cependant, les paysans embarassés par l'arrivée d'autant de bouches a nourrir, refusent de donner de la nourriture pour les soldats, et de fortifier la ville. Pressentant la victoire, Wellington contourne la ville, afin de couper toute retraite a l'armée Française. Il laisse quelques troupes a Saint-Cyprien; le reste de son armée franchit la Garonne. Le 10 Avril 1814, jour de Pâques, la bataille s'engage enfin.

 

Ce que Soult ignore, c'est qu'au Nord, la défaite est déja certaine pour Napoléon, les Alliés étant aux portes de Paris. Il ne recevra la nouvelle qu'au cours de la bataille. Il est probable que si Soult eut su plus tôt la défaite de l'Empereur, les deux camps auraient combattu avec nettement moins d'ardeur.

 

C'est une ville vulnérable et non fortifiée qu'attaquent les Anglais. Lorsque la premiére offensive est lancée, les soldats progressent donc facilement jusqu'a l'emplacement des actuelles allées Charles-de-Fitte. La, le combat qui s'engage tourne en faveur des Français, et l'attaquant est repoussé jusqu'a Saint Cyprien. Wellington lance une nouvelle offensive afin de reprendre les Ponts-Jumeaux, défendus par seulement 300 soldats et 5 canons. Mais le terrain avantage les Français; le nombre ne compte pas sur un terrain aussi étroit qu'un pont. La encore, Wellington échoue...

Les troupes Espagnoles ne sont pas meilleures que les Anglais, et leurs deux offensives, au pont Matabiau et a Jolimont, sont également repoussées.

 

http://www.jacobins.mairie-toulouse.fr/expos/mvt/photos/bataille_Toulouse_2_m.jpg

 

Voyant toutes ses attaques échouer, Wellington décide de changer de tactique, et conduit ses troupes sur la route de Castres, et attaque la redoute de la Cépiére. Malgré les renforts envoyés par Soult pour soutenir les défenseurs, Wellington prend Jolimont, et parvient a progresser un peu.

 

Malgré de faibles pertes et une tactique globalement gagnante, Soult, apprenant la défaite de Napoléon, abandonne dans la soirée du 11. Le lendemain, Wellington entre sans combat dans la ville.

 

Il est ainsi difficile de savoir a qui profite la bataille. En effet, si Wellington est finalement entré dans la ville, c'est grace a la retraite de Soult, qui a évacué la ville avec une armée quasiment intacte et tout son matériel, en ayant réussi a faire plus de pertes parmi les assiégeants. La victoire ou la défaite de tel ou tel camp dépend donc du point de vue de chacun.

 

http://www.lib-art.com/imgpainting/3/3/11333-portrait-of-the-duke-of-wellington-francisco-de-goya-y-lucientes.jpg

Portrait du duc de Wellington, par Francisco de Goya (1812)

 

Une lecture intéressante pour les amateurs: 10 Avril: la bataille de Toulouse, de Jean-Paul Escalettes

Par napo64 - Publié dans : Premier Empire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 18 août 3 18 /08 /Août 23:34

http://a21.idata.over-blog.com/3/89/75/00/gerard/napoleon.gif

 

Chéres lectrices, chers lecteurs, cette fin d'été est un tournant pour mon blog. Comme vous pouvez le constater, tous mes articles précédents ont été supprimés. J'ai en effet décidé de tout reprendre a zéro, pour donner une orientation nouvelle a mon blog.

 

Napo-Culture sera désormais consacré, pour une part importante,  a l'histoire, sous toutes ses formes. Mais le cinéma ne sera pas en reste, et occupera lui aussi une place plus importante dans ce blog. Mais la culture et les arts ne seront pas pour autant délaissés, et auront toujours leur place dans ce blog.

 

http://150ans.savoie.info/files/2010/02/clio-muse-de-lhistoire.jpg

 

Désormais, les articles épars céderont leur place a des chroniques ou des textes plus longs, agrémentés de quelques intermédes, afin de ne pas non plus plomber l'ensemble.

 

En somme, c'est un blog plus mature et plus organisé qui voit le jour aujourd'hui, mais c'est aux lecteurs eux-mémes de décider de sa qualité. J'espére avant tout combler leurs attentes; parce que la culture se doit d'étre accessible et passionante.

 

Les premiers articles seront publiés le plus tôt possible, avec une série consacrée aux grandes batailles de l'épopée napoléonienne. Ridley Scott sera a l'honneur pour la section cinéma, ainsi que l'art contemporain, avec une série d'articles consacrés au Musée Guggenheim.

 

http://fr.readwriteweb.com/wp-content/uploads/2009/09/culture.jpg

Par napo64
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Ils l'ont dit...

 Mais aussi que diable allait-il faire,
Mais que diable allait-il faire en cette galère ? ...
Philosophe, physicien,
Rimeur, bretteur, musicien,
Et voyageur aérien,
Grand risposteur du tac au tac,
Amant aussi -– pas pour son bien ! --
Ci-gît Hercule-Savinien
De Cyrano de Bergerac
Qui fut tout, et qui ne fut rien.

Créer un Blog

Recherche

Catégories

Recommander

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés